Sommaire Carte Index Recherche Nouvelles Archives Liens A propos
[Barre Superieure]
[Barre Inferieure]
Ce document est disponible en: English  Castellano  Deutsch  Francais  Nederlands  Russian  Turkce  

convert to palmConvert to GutenPalm
or to PalmDoc

[Photo of the Author]
par Guido Socher

L´auteur:

Guido est un adepte de Linux de longue date. Il apprécie Linux non seulement à cause de ses qualités techniques mais aussi du fait des individus et de toute la communauté qui se trouve derrière Linux.


Sommaire:

Utiliser différents FAIs pour votre accès Internet

[Illustration]

Résumé:

Cet article explique comment configurer un certain nombre de Fournisseurs d'Accès à Internet (FAIs) différents sous Linux et comment facilement changer de l'un à l'autre.
Le concept que nous utilisons n'est pas valide seulement pour un PC et une connexion Internet. Vous pouvez l'utiliser pour donner l'accès à Internet à toute la famille simultanément. Pour terminer nous configurerons un proxy DNS (DNS forwarding) et l'IP masquerading sous Linux.



 

Introduction

L'accès Internet est devenu très facile depuis peu. La plupart des fournisseurs d'accès à l'Internet (FAI) ne demandent plus de redevance mensuelle ou d'abonnement de longue durée. Si un FAI a des problèmes techniques ou offre un service de mauvaise qualité, alors simplement, vous en changez. En Allemagne nous appelons cela "Internet sur simple appel" et cela va toujours plus loin. Vous ne vous enregistrez plus, vous n'avez aucxun papier à signer. Vous payez de façon simple, sur votre note de téléphone habituelle. C'est différent de l'Internet gratuit. L'Internet gratuit est souvent le fait de FAIs proches du dépôt de bilan et souvent synonyme d'une mauvaise transmission des données. Dans le cas de "Internet sur simple appel" vous devez payer, parfois assez cher, mais vous avez une bonne bande passante. Peu importent les détails dans tel ou tel pays, cet article va expliquer comment changer rapidement de FAI et utiliser différentes connexions à l'Internet à différents moments.

Le type d'accès Internet que nous couvrons dans cet article est une connexion téléphonique "point à point" (PPP) de votre PC à votre FAI. Sous Linux un programme appelé pppd est utilisé pour configurer cette connexion. pppd est un très bon logiciel, très souple, mais malheureusement la documentation jointe à pppd ne propose que des exemples assez anciens et des cas très particuliers pour l'authentification et la connexion à votre FAI. Utiliser ces exemples pour paramétrer une connexion à la plupart des FAIs modernes conduira généralement à un échec. La plupart des FAIs utilisent aujourd'hui

Cet article explique comment utiliser ces caractéristiques modernes sous Linux. Tout ce que vous avez beson de connaître de votre FAI est le numéro de téléphone à appeler, votre nom d'utilisateur et votre mot de passe.

Avec Linux et l'IP masquerading il est très facile de connecter non seulement un ordinateur mais tout un réseau, via une liaison PPP vers votre FAI. Pour faire ceci il vous faut au moins un ordinateur Linux et un nombre quelconque d'autres machines. Cela ressemble à ce qui suit :

réseau avec IP
masquerading

Si vous utilisez une passerelle Linux de ce type avec l'IP masquerading et que vous voulez utiliser plusieurs FAIs, deux problèmes se posent en général :

  1. Le serveur DNS change à chaque fois que vous changez de FAI et vous ne souhaitez pas reconfigurer toutes vos machines à chaque fois ; en particulier si certains postes tournent sous Windows ou Mac OS.
  2. Vous voulez une liste de FAIs préconfigurés dans laquelle n'importe qui puisse choisir. Cette liste doit être utilisable par tous les systèmes d'exploitation qui peuvent se rencontrer sur votre réseau.
Nous allons résoudre le problème en utilisant un proxy DNS appelé dnrd et en utilisant un script CGI pour générer une page web (copie d'écran) depuis laquelle se connecter.

   

Configurer pppd

Tous les fichiers de configuration de pppd sont normalement placés dans /etc/ppp et en principe vous devez lancer pppd en tant que root. Durant l'installation et les premiers tests vous devrez vous logger comme utilisateur root. Je montrerai plus loin comment n'importe qui peut lancer et arrêter pppd. Il ne faut pas vous logger en tant que root. Un utilisateur root n'a que très peu de restrictions et peut facilement détruire votre configuration par erreur.

Les fichiers importants pour pppd sont :

Vous pouvez télécharger ces fichiers dans ppp.tar.gz. Pour les utiliser pous pouvez direectement les décompresser dans /etc. Le sous-répertoire ppp et tous les autres sous-répertoires seront créés. Si vous avez déjà un répertoire /etc/ppp, renommez-le avant de décompresser :
cd /etc
mv ppp ppp_old
tar zxvf ppp.tar.gz
Après avoir décompressé vous verrez qu'il y a d'autres fichiers inclus dans ppp.tar.gz. Ce sont des scripts d'interface pour rendre les réglages et la configuration plus faciles. Leur fonction est expliquée plus bas. (Note: il y a des prix mentionnés dans les fichiers de configuration pour les fournisseurs utilisés comme exmples. Il y a des chances qu'ils soient erronés. Allez voir la page web du FAI pour obtenir une information actualisée précise.)

Regardons le fichier de configuration pour le FAI appelé arcor:
# This is /etc/ppp/peers/arcor
# Home page of the ISP arcor: http://www.arcor-online.de/
#----------
# serial device and modem speed (normally 38400 or 57600):
/dev/modem 57600
# modem dial-out script with phone number:
connect '/etc/ppp/scripts/ppp-on-dialer-pap 0192070'
# specific options, common options are
# read from /etc/ppp/options
noipdefault
# tell pppd to use this users name for PAP authentication:
user arcor
# try dynamic dns:
usepeerdns
#
Une ligne avec un dièse (#) est un commentaire. Le premier paramètre (/dev/modem) est le périphérique série à utiliser. Le /dev/modem doit être un lien symbolique vers le port série auquel votre modem est connecté (/dev/ttyS0 ou /dev/ttyS1):

cd /dev
ln -s ttyS0 modem
57600 est la vitesse du modem et dépend de celui-ci. La ligne qui commence par "connect" spécifie quel script (/etc/ppp/scripts/ppp-on-dialer-pap) doit être utilisé pour conduire la communication avec votre modem via des commandes AT. Ces commandes AT font partie d'un langage de commande pour les modems basé sur du code ASCII. Le paramètre donné au script (0192070) est le numéro de téléphone à composer.
noipdefault est l'option nécessaire à l'affectation dynamique d'adresse IP et usepeerdns est nécessaire pour la configuration automatique du DNS. La configuration automatique du DNS fonctionne de telle façon que si votre FAI fournit les adresses IP d'un ou deux serveurs DNS durant la phase de négociation ils seront alors disponibles via les variables d'environnement DNS1 et DNS2 dans le script /etc/ppp/ip-up.

Toutes les bibliothèques de résolution de noms (resolver libraries) vont lire un fichier nommé /etc/resolv.conf pour trouver comment résoudre les noms. Ce fichier (/etc/resolv.conf) est utilisé par les applications Netscape, sendmail etc. pour trouver le serveur DNS. Nous allons juste générer les entrées nécessaires pour /etc/resolv.conf depuis le script ip-up.

Nous avons maintenant défini le numéro de téléphone (0192070, dans cet exemple), la vitesse du modem, le port série à utiliser et quelques options de configuration de pppd. Je ne détaillerai pas ici les options de configuration communes de /etc/ppp/options. Vous pouvez regarder le fichier d'exemple et chercher les options dans les pages de man de pppd. Nous allons plutôt composer le numéro et connecter notre FAI (arcor). Pour cela, il nous faut encore deux choses de plus (voilà un exemple qui fonctionne pour les lecteurs d'Allemagne) :
login name: arcor
password: internet

Cette information doit être entrée dans le fichier /etc/ppp/pap-secrets et le nom de login va dans le fichier /etc/ppp/peers/arcor (voir plus haut). Ajoutez une ligne ressemblant à ce qui suit dans le fichier /etc/ppp/pap-secrets:
# This is /etc/ppp/pap-secrets
# client server secret IP-addr
arcor   *   internet   0.0.0.0

Et voilà. Maintenant nous pouvons tester. Pour vous connecter, tapez :

pppd call arcor
arcor est, dans ce cas, le nom du fichier de configuration dans /etc/ppp/peers/
Le modem devrait composer et après quelques secondes vous devriez être en ligne. Au moment où vous êtes en ligne, la commande /sbin/ifconfig devrait montrer une interface appelée ppp0. Tapez quelques fois /sbin/ifconfig jusqu'à ce que vous le voyiez. Vous pouvez maintenant utiliser votre navigateur web et surfer sur linuxfocus.org

Pour terminer la connexion Internet, lancez la commande :
killall pppd
J'espère que cet exemple a marché pour vous. Ça doit fonctionner pour les lecteurs d'Allemagne. Dans les autres pays, il faudra bien sûr adapter le numéro de téléphone, le login et le mot de passe pour votre FAI. Si ça n'a pas marché, regardez la section en cas de problèmes à la fin de cet article.

Maintenant vous avez un FAI qui fonctionne. Pour en ajouter d'autres il vous faut faire ce qui suit :

  1. copiez le fichier /etc/ppp/peers/arcor sous un nouveau nom
  2. changez le numéro de téléphone et les entrées utilisateur dans ce fichier
  3. ajoutez une nouvelle ligne dans /etc/ppp/pap-secrets
Simplement copier le fichier et utiliser un éditeur de texte est beaucoup plus rapide et facile que d'utiliser un outil de configuration graphique.

Arrivé à ce point, vous savez vraiment comment fonctionnent les mécanismes cachés. Nous utiliserons plus tard quelques scripts pour rendre tout ça plus aisé à utiliser. Nous introduirons en particulier deux scripts Set-UID en Perl qui permettront de lancer et couper votre connexion Internet quand vous êtes loggé comme utilisateur nomal (pas utilisateur root).

Set-UID est un mécanisme qui permet à un utilisateur normal d'exécuter une commande spécifique et cette commande agira comme si son propriétaire était celui qui l'a exécutée. Évidemment ceci doit être fait avec discernement de façon à ne pas créer de failles de sécurité. Les scripts Perl Set-UID sont déjà inclus dans le fichier ppp.tar.gz que vous avez décompressé tout à l'heure. Ils doivent avoir "s" dans les permissions de fichier et appartenir à root:

> cd     /etc/ppp/scripts
> ls -al     ppp-on   ppp-off
-rwsr-sr-x 1 root root 1258 Jan 7 13:24 ppp-off
-rwsr-sr-x 1 root root 2619 Jan 9 20:30 ppp-on

Si ce n'est pas le cas, vous pouvez changer les permissions avec la commande
chmod 6755 ppp-off ppp-on.
Les scripts ppp-off et ppp-on ne sont que des scripts "d'emballage" (wrapper scripts). Tout ce qu'ils font est de lancer soit pppd call fichier-de-conf soit killall pppd. L'avantage est que tout utilisateur peut s'en servir. Le script pp-on a aussi quelques façons spéciales de traiter les FAIs qui n'utilisent pas la configuration automatique du DNS. S'il vous arrive d'avoir affaire avec un FAI de ce type, alors éditez le fichier et cherchez "static". Voici des exemples dans lesquels vous pouvez effectuer des modifications. Vous utiliserez ces scripts ppp-on/ppp-off comme ceci :

Pour prendre la ligne :
/etc/ppp/scripts/ppp-on arcor
Pour terminer la connexion Internet :
/etc/ppp/scripts/ppp-off
Cela devrait marcher maintenant pour n'importe quel utilisateur de votre ordinateur. Ici, arcor est encore le nom d'un fichier dans /etc/ppp/peers/. Vous pouvez lui avoir donné un nom différent.

Finalement nous allons utiliser une interface graphique pour lancer et arrêter notre connexion Internet. Un programme cgi est un programme qui génére des pages web interactives. Un programme cgi bien conçu fonctionne avec n'importe quel navigateur sur n'importe quel système d'exploitation. C'est pour cela que l'on utilise un programme cgi. Il ressemblera à ceci :

pppcontrol
Pratiquement toutes les distributions Linux sont aujourd'hui livrées avec un serveur Apache déjà configuré. Tout ce que vpus avez à faire est de décompresser (gunzip) pppcontrol.gz. Copiez-le dans le répertoire cgi de votre serveur web (probablement /home/httpd/cgi-bin/), Rendez-le exécutable en tapant chmod 755 pppcontrol puis éditez-le pour changer la variable $url de ce script perl. Ça doit être l'URL du script lui-même. Par exemple si votre PC est juste un ordinateur Linux isolé, alors utilisez l'adresse IP "loop back" ("boucle") :
$url="http://127.0.0.1/cgi-bin/pppcontrol";

Le script cgi pppcontrol lit un fichier de configuration appelé /etc/ppp/gpppwrap.conf qui suit la syntaxe suivante :
ppponarg: <agument_à_passer_à_ppp_on> - chaîne de commentaire additionnel
Le signe moins (-) indique le début d'un commentaire qui apparaîtra sur la page web de pppcontrol mais n'est pas passé au programme /etc/ppp/scripts/ppp-on. Voici un exemple pour le cas où vous avez les fichiers de configuration de FAI "arcor" et "talknet" dans /etc/ppp/peers :

# This is /etc/ppp/gpppwrap.conf
ppponarg: arcor -- arcor.net 3pf/min
ppponarg: talknet -- internet by call 3.5pf/min
Note: les prix 3pf/min et 3.5pf/min auront sans douté évolué et seront faux lorsque vous lirez ces lignes.

C'est peut-être beaucoup d'information nouvelle à la fois pour vous mais une fois que vous l'avez saisie et que tout fonctionne vous n'aurez besoin que d'ajouter ou supprimer un FAI de temps à autre et ceci est vraiment facile comme vous venez de voir ci-dessus.
Vous pouvez maintenant commodément sélectionner un FAI dans la liste sur la page web et vous y connecter en cliquant simplement sur un bouton de cette page.

 

proxy DNS

Dans le chapitre précédent vous avez vu comment tout configurer pour un seul ordinateur Linux. La configuration DNS est faite tant que nous changeons le fichier /etc/resolv.conf à chaque fois que que l'on configure une nouvelle connexion ppp.
Si vous utilisez l'IP masquerading pour fournir l'accès Internet à l'ensemble d'un réseau, alors il est plus difficile de changer le fichier /etc/resolv.conf sur chacune des machines du réseau. Si vous avez Windows sur certaines des machines alors la tâche devient impossible car ces ordinateurs doivent être redémarrés chaque fois que l'on change le serveur DNS dans la configuration réseau. La solution est un proxy DNS. Ce petit serveur DNS semblera être votre propre serveur DNS vu depuis l'intérieur de votre réseau mais il transmettra les requêtes au serveur DNS de votre FAI. Il est possible d'utiliser le serveur Bind-DNS pour cette fonction et le configurer comme un serveur relais mais Bind n'est pas vraiment conçu pour cet usage.
dnrd est un très bon proxy DNS proxy spécifiquement conçu pour notre objet. Vous pouvez télécharger la dernière version sur la page personnelle des auteurs (http://members.home.com/garsh/dnrd/) ou utiliser la version en cours à la date d'écriture de cet article, version dnrd-2.10.tar.gz sur le serveur LinuxFocus. Pour un réseau cela ressemble à ce qui est montré ici :
réseau avec IP
masquerading
Vous avez dnrd qui tourne sur le PC Linux et vous configurez l'adresse IP interne du PC Linux (192.168.0.1) comme serveur DNS sur tout les autres postes de votre réseau local. C'est un réglage statique, vous n'aurez plus jamais à y toucher, c'est très facile.

Pour installer dnrd depuis les sources vous devez :

le décompresser :
tar zxvf dnrd-2.10.tar.gz
cd dnrd-2.10/src/
le compiler :
make
l'installer :
cp dnrd /usr/local/sbin/
créer le répertoire vide /etc/dnrd/ :
mkdir /etc/dnrd/
Le proxy DNS dnrd est utilisé comme suit (195.50.149.33 et 195.50.140.6 sont par exemple les serveurs DNS de votre FAI) :
quand le lien ppp est activé :
dnrd -s 195.50.149.33 -s 195.50.140.6
quand vous terminez la connexion vous lancez :
dnrd
dnrd est lancé dans notre exemple par les scripts /etc/ppp/ip-up et /etc/ppp/ip-down, et tout est automatique. Les scripts que vous avez téléchargés tout à l'heure sont déjà prêts pour cela et s'attendent à trouver dnrd dans le répertoire /usr/local/sbin/.

dnrd peut faire encore bien plus que ça. Il peut même faire office par lui-même de petit serveur DNS. Sous Unix vous pouvez toujours écrire dans le fichier /etc/host.conf la ligne
order hosts, bind
puis donner à toutes les machines de votre réseau local des noms symboliques dans le fichier /etc/hosts . Malheureusement les stupides machines Windows de votre réseau n'ont pas cette possibilité. Si dnrd trouve un fichier /etc/hosts sur votre PC Linux alors il se comportera automatiquement comme un serveur DNS pour les entrées mentionnés dans ce fichier. Cela résoud le problème !

La syntaxe du fichier /etc/hosts est montrée ci-dessous :
# syntax:
# ip-addr hostname alias1 alias2 ...
# example:
192.168.0.1 linuxpc.mynet linuxpc
192.168.0.2 peppermint.mynet peppermint
Avec dnrd lancé vous pouvez maintenant utiliser depuis n'importe où dans le réseau http://linuxpc.mynet/ ou http://linuxpc/ au lieu de http://192.168.0.1/

Pour utiliser dnrd non seulement comme proxy DNS mais aussi comme serveur DNS pour les entrées du fichier /etc/hosts vous devez le lancer dès le démarrage. Pour cela il vous faut ajouter la ligne

daemon /usr/local/sbin/dnrd
à la fin de la section de démarrage du script /etc/rc.d/init.d/network boot (cette syntaxe est celle de RedHat, Mandrake etc., cela peut être différent pour votre distribution).

Et c'est tout. Maintenant n'importe qui sur votre réseau local peut surfer en parallèle avec tous les autres et il est facile de lancer et d'arrêter la connexion ppp ou de changer entre différents FAIs. Mettez simplement le lien vers notre script cgi pppcontrol dans les signets du navigateur.

   

En cas de problèmes

Dans cette section j'expliquerai comment lancer le débogage pour pppd. Cela vous aidera à diagnostiquer ce qui ne va pas si ça ne fonctionne pas. Malheureusement je me suis rendu compte que ce n'était pas toujours une erreur de configuration de ma part qui était en cause quand ça ne marchait pas.

La première chose que fait pppd dans notre cas est d'ouvrir le port série (/dev/modem, un lien vers par exemple /dev/ttyS0) de façon à lancer le script /etc/ppp/scripts/ppp-on-dialer-pap. Ce script va envoyer des commandes AT au modem. Ces commandes font composer le modem pour se connecter à votre FAI. Si quelque chose tourne mal à ce niveau vous pouvez trouver les erreurs dans le fichier /etc/ppp/connect-errors. La plupart du temps les fichiers connect-errors vous donneront assez de pistes pour diagnostiquer ce qui cloche. Si ce n'était pas le cas alors vous pouvez taper les commandes AT à la main. Pour faire cela vous avez besoin d'un logiciel de communication sur la ligne série comme minicom (qui fait partie de la plupart des distributions Linux), ou de cu (qui fait en général partie d'un paquetage appelé uucp) ou encore kermit (téléchargez-le sur http://www.columbia.edu/kermit/ck70.html). Utilisez ce programme de communication sur le port série pour "parler" à votre modem. Quand vous tapez AT, le modem doit répondre "OK". Sinon, vérifiez les réglages de vitesse, le câble d'alimentation électrique, etc. Au cas où il répond OK, alors essayez la commande ATDT1234. Le modem devrait composer 1234. Sinon, vérifiez le manuel de votre modem. La commande peut aussi être ATD1234 (sans le T final) ou un autre réglage peut poser problème.

Après que le modem ait composé le numéro de votre FAI, l'étape suivante est la phase de négociation ppp (ppp-negotiation). Pour voir ce qui se passe à ce moment-là vous devez activer la fonction syslog daemon.debug dans /etc/syslog.conf. Éditez le fichier /etc/syslog.conf et ajoutez ";daemon.debug" à la ligne se terminant par /var/log/messages . Par exemple comme ceci :

*.info;mail.none;authpriv.none;daemon.debug   /var/log/messages
Redémarrez ensuite syslog avec la commande
/etc/rc.d/init.d/syslog restart
Vous pouvez maintenant activer l'option "debug" dans /etc/ppp/options (c'est déjà fait dans les fichiers de configuration que vous avez téléchargés depuis cette page au chapitre Configurer up pppd). Ensuite tapez
tail -f /var/log/messages
et regardez ce que donne la sortie de débogage de pppd lorque vous vous connectez à votre FAI.

Une conexion ppp réussie doit donner quelque chose comme ça :
Jan 14 17:18:11 bearix pppd[721]: pppd 2.3.10 started by root, uid 0
Jan 14 17:18:34 bearix pppd[721]: Serial connection established.
Jan 14 17:18:34 bearix pppd[721]: Using interface ppp0
Jan 14 17:18:34 bearix pppd[721]: Connect: ppp0 <--> /dev/modem
Jan 14 17:18:35 bearix pppd[721]: sent [LCP ConfReq id=0x1 ]
Jan 14 17:18:37 bearix pppd[721]: rcvd [LCP ConfReq id=0x46 ]
Jan 14 17:18:37 bearix pppd[721]: sent [LCP ConfNak id=0x46 ]
Jan 14 17:18:38 bearix pppd[721]: rcvd [LCP ConfReq id=0x47 ]
Jan 14 17:18:38 bearix pppd[721]: sent [LCP ConfAck id=0x47 ]
Jan 14 17:18:38 bearix pppd[721]: sent [LCP ConfReq id=0x1 ]
Jan 14 17:18:38 bearix pppd[721]: rcvd [LCP ConfAck id=0x1 ]
Jan 14 17:18:38 bearix pppd[721]: sent [PAP AuthReq id=0x1 user="arcor" password="internet"]
Jan 14 17:18:40 bearix pppd[721]: rcvd [LCP ConfReq id=0x49 ]
Jan 14 17:18:40 bearix pppd[721]: sent [LCP ConfReq id=0x2 ]
Jan 14 17:18:40 bearix pppd[721]: sent [LCP ConfAck id=0x49 ]
Jan 14 17:18:41 bearix pppd[721]: rcvd [LCP ConfAck id=0x2 ]
Jan 14 17:18:41 bearix pppd[721]: rcvd [CHAP Challenge id=0x5 <0c7672840494152025f937ac4f5e135e>, name = "klndiinternet"]
Jan 14 17:18:41 bearix pppd[721]: sent [CHAP Response id=0x5 , name = "arcor"]
Jan 14 17:18:41 bearix pppd[721]: rcvd [CHAP Success id=0x5 ""]
Jan 14 17:18:41 bearix pppd[721]: sent [IPCP ConfReq id=0x1 ]
Jan 14 17:18:41 bearix pppd[721]: sent [CCP ConfReq id=0x1 ]
Jan 14 17:18:41 bearix pppd[721]: rcvd [IPCP ConfReq id=0x8e ]
Jan 14 17:18:41 bearix pppd[721]: sent [IPCP ConfAck id=0x8e ]
Jan 14 17:18:41 bearix pppd[721]: rcvd [IPCP ConfRej id=0x1 ]
Jan 14 17:18:41 bearix pppd[721]: sent [IPCP ConfReq id=0x2 ]
Jan 14 17:18:41 bearix pppd[721]: rcvd [LCP ProtRej id=0xfb 80 fd 01 01 00 0f 1a 04 78 00 18 04 78 00 15 03 2f]
Jan 14 17:18:41 bearix pppd[721]: rcvd [IPCP ConfNak id=0x2 ]
Jan 14 17:18:41 bearix pppd[721]: sent [IPCP ConfReq id=0x3 ]
Jan 14 17:18:41 bearix pppd[721]: rcvd [IPCP ConfAck id=0x3 ]
Jan 14 17:18:41 bearix pppd[721]: local IP address 145.253.88.6
Jan 14 17:18:41 bearix pppd[721]: remote IP address 145.253.1.150
Jan 14 17:18:41 bearix pppd[721]: primary DNS address 145.253.2.11
Jan 14 17:18:41 bearix pppd[721]: secondary DNS address 145.253.2.75
Jan 14 17:18:41 bearix pppd[721]: Script /etc/ppp/ip-up started (pid 723)
Jan 14 17:18:42 bearix pppd[721]: Script /etc/ppp/ip-up finished (pid 723), status = 0x0
Pour pleinement comprendre cela, il faut connaître les détails du protocole ppp. Je n'ai aucune idée sur la façon dont le protocole ppp fonctionne réellement mais je peux deviner certaines choses et c'est en général plus que suffisant pour comprendre en gros ce qui se passe. "sent ... ConfReq" signifie par exemple que vous êtes en train d'envoyer une requête de configuration de façon à négocier quelque chose . La réponse à cela vient avec "rcvd ... ConfAck" (réception de la requête de configuration reconnue) ou "rcvd ... ConfRej" (réception de la requête de configuration rejetée). Si tout marche bien vous pouvez voir votre adresse IP affectée dynamiquement (adresse IP locale) et l'adresse IP de la passerelle chez votre FAI (adresse IP à distance - remote IP address).

Il est impossible de décrire tous les cas d'erreurs ici, d'abord parce que j'ignore quelle est votre configuratuion et ensuite parce qu'il y a tout simplement de trop nombreuses choses qui peuvent tourner mal. Avec un peu d'imagination et en gardant à l'esprit ce que vous avez appris dans cet article vous devriez être capable de trouver la plupart des erreurs. Si vraiment vous n'arrivez pas à un fonctionnement correct et qu'il semble qu'il n'y ait pas d'erreur de votre côté, essayez un autre FAI. Cela peut très bien être un problème chez le fournisseur d'accès.

   

Références

 

Discussion sur cet article

Chaque article possède sa page de discussion. Vous pouvez y soumettre un commentaire ou lire ceux d´autres lecteurs:
 page de discussion 

Site Web maintenu par l´équipe d´édition LinuxFocus
© Guido Socher, FDL
LinuxFocus.org

Cliquez ici pour signaler une erreur ou envoyer un commentaire Linuxfocus
Translation information:
en -> -- Guido Socher
en -> fr Jean Peyratout

2001-03-27, generated by lfparser version 2.8