Sommaire Carte Index Recherche Nouvelles Archives Liens A propos
[Barre Superieure]
[Barre Inferieure]
Ce document est disponible en: English  Castellano  Deutsch  Francais  Nederlands  Russian  Turkce  

convert to palmConvert to GutenPalm
or to PalmDoc

[Photo of the Author]
par Georges Tarbouriech

L´auteur:

Georges est un vieil utilisateur d'Unix (commercial et libre). Il s'intéresse beaucoup aux outils de sécurité libres et apprécie leur grande qualité.


Sommaire:

Outils de sécurité

Résumé:

La sécurité a toujours été l'une des préoccupations majeures des administrateurs systèmes. Toutefois, suite à "l'explosion" de l'Internet le risque d'intrusion est devenu beaucoup plus élevé. Statistiquement, si le nombre d'utilisateurs connectés augmente, le nombre de pirates suit la même courbe ascendante. En conséquence, le développement de logiciels de sécurité a subi une croissance exponentielle. Encore une fois, merci à la communauté du logiciel libre, puisqu'elle nous a fourni les meilleurs outils jamais vus et une grande quantité de documentation.
Vous trouverez de nombreux liens intéressants dans la partie références à la fin de cet article. De toute évidence, ce que nous mentionnerons ici ne peut être exhaustif. Les outils choisis sont ceux utilisés quotidiennement ou ceux qui ont été testés.
Cet article est destiné aux utilisateurs particuliers autant qu'aux administrateurs, puisque certains outils sont prévus pour la protection des machines et d'autres pour améliorer la sécurité des réseaux.
La plupart de ces outils fonctionnent sous de nombreuses saveurs d'Unix (sinon toutes), qu'il s'agisse d'Unix commercial ou libre. Enfin, cet article n'est pas un "Comment sécuriser votre réseau ou votre machine" mais une présentation de plusieurs outils que vous pouvez (devez) utiliser pour améliorer la sécurité d'un réseau ou d'une machine.



 

Outils génériques

Appelons cette partie "outils pour whitehats (les administrateurs) pour protéger redhat contre les blackhats (les pirates)" :-) La plupart des distributions Linux (pas seulement RedHat!) contiennent de nombreux bons outils de sécurité. Ils peuvent être utilisés pour rendre votre machine plus sûre.
Parmi ceux-ci nous pouvons citer TCPWrapper, PAM (Pluggable Authentication Modules), les shadow utilities... Comme ils font partie des distributions vous trouverez beaucoup à lire : HOWTO, man pages, par conséquent, nous ne nous éterniserons pas sur le sujet.
Commençons par les shadow utils. Pour faire court, ils permettent le cryptage des mots de passe. Le fichier /etc/passwd est remplacé par le fichier /etc/shadow.
PAM est quelque chose de plus élaboré. Comme le nom l'indique, il s'agit d'une autre méthode d'authentification. PAM permet de limiter l'accès des utilisateurs à des services. De nombreuses restrictions peuvent être définies à partir de fichiers de configuration, rendant ainsi l'administration plus facile. Normalement ces fichiers se trouvent dans le répertoire /etc/pam.d.
Pour ce qui concerne TCPWrapper, il suffit de dire qu'il permet de restreindre l'accès aux services à certains hôtes. Ceux-ci peuvent être autorisés ou rejetés par l'intermédiaire de deux fichiers : /etc/hosts.allow et /etc/hosts.deny.
TCPWrapper peut être configuré de deux manières différentes : soit en déplaçant les démons, soit en modifiant le fichier /etc/inetd.conf. Si TCPWrapper ne fait pas partie de votre saveur d'Unix, vous le trouverez sur ftp://ftp.porcupine.org/pub/security
Et maintenant, vous allez comprendre pourquoi nous n'avons pas beaucoup parlé des outils mentionnés ci-dessus : un seul outil est capable de gérer tout cela tout en vous instruisant. Le seul et unique Bastille-Linux. Si vous n'installez qu'un seul outil, c'est le bon! Il ne fait pas (encore?) partie des distributions mais vous pouvez l'obtenir sur http://bastille-linux.sourceforge.net
Au fait, nous n'allons rien dire de Bastille-Linux!!! C'est inutile, puisqu'il existe un excellent article à son sujet dans le numéro de Septembre de LinuxFocus écrit par mon compère Frédéric : il vous dit tout. Si vous ne l'avez pas encore lu, jetez un oeil .
Ajoutons que Bastille-Linux est un outil indispensable!
Un autre outil générique pour l'amélioration de la sécurité se nomme xinetd. Il est disponible sur http://www.xinetd.org. Désolé, mais nous n'allons pas en parler non plus!!! Encore une fois, Frédéric a fait tout le travail dans le numéro de Novembre de LinuxFocus. Vous pouvez le lire ici.
C'était la partie FredFocus...
Ne t'inquiète pas pour l'argent Fred, je peux attendre...
Voyons maintenant quelques outils spécifiques.

 

Firewall

Les Unixes libres fournissent des outils permettant de transformer votre machine en firewall. Le noyau 2.2 propose ipchains. Le précédent noyau 2.0 utilisait ipfwadm. Pour qu'ipchains ou ipfwadm fonctionnent, le noyau doit être compilé avec les options adaptées. Une grande quantité d'information est disponible sur le sujet grâce aux HOWTO notamment, par conséquent, une fois de plus, nous n'en dirons pas davantage.
En bref, un firewall est un outil de filtrage de paquets. Le travail essentiel concerne sa configuration. C'est-à-dire qu'un firewall mal configuré peut devenir très dangereux.
Toutefois, les firewalls sont des outils importants et il en existe une grande quantité.
Par exemple, Bastille-Linux fournit un firewall également basé sur ipchains.
Si vous visitez http://www.linuxapps.com et tapez "firewall" dans le champ de recherche, vous obtiendrez au moins 40 réponses. La plupart sont des interfaces graphiques pour l'administration d'ipchains ou d'ipfwadm. D'autres sont vraiment de très gros outils, avec des tonnes de fonctionnalités, comme T.REX par exemple, disponible sur http://www.opensourcefirewall.com. Toutefois, ne vous méprenez-pas : un firewall est une obligation sur un réseau, mais la sécurité du réseau ne peut se contenter d'un firewall. Un pirate peut casser un firewall en une quinzaine de minutes! Vous voici avertis.

 

Scanners de ports

Nous voici au coeur du problème. L'idée est la suivante : utiliser les outils des pirates pour vérifier les vulnérabilités de votre réseau (ou machine).
Dans ce domaine, vous bénéficiez de deux outils extraordinaires mais il en existe beaucoup d'autres.
Le premier se nomme nmap. Vous pouvez télécharger nmap depuis http://www.insecure.org. De plus vous trouverez sur ce site des tas d'informations, des liens...
nmap permet de vérifier les ports ouverts sur une machine de votre réseau. Certes, vous pouvez faire la même chose avec des commandes telles que lsof ou netstat, mais seulement sur votre propre machine. Evidemment, nmap permet aussi de vérifier votre machine.
nmap fournit de nombreuses informations : par exemple, il peut vous dire quel est l'OS en service, quels sont les ports dangereux ouverts... Et enfin, nmap est vraiment très facile à utiliser.
Il peut être lancé à partir d'un shell ou d'une interface graphique nommée nmapfe. L'interface est basée sur la bibliothèque gtk. La version actuelle de nmap est la 2.53. Il fonctionne sous de nombreuses saveurs d'Unix et il est disponible sous forme de code source, de rpm, avec ou sans interface graphique.
nmap est un outil indispensable aux sysadmins!
Merci beaucoup Mr.Fyodor et félicitations pour ce très beau travail.

Le second se nomme nessus. Il peut être téléchargé depuis http://www.nessus.org, des liens vous renvoyant vers des sites ftp de différents pays. Nessus fonctionne selon l'architecture client/serveur et le code source Posix est utilisable sous de nombreuses versions d'Unix. Il existe même un client Win32 (pour que vous le sachiez).
Nessus utilise nmap (vous voyez qu'il est indispensable!) et la bibliothèque gtk pour son interface graphique.
La version actuelle est la 1.06 et grâce à elle vous pouvez scanner un réseau entier par une seule commande, à savoir l'adresse réseau. Par exemple, taper l'adresse 192.168.1.0/24 dans le champ "target" scannera les 255 machines de ce réseau.
Même si nessus est un peu plus complexe que nmap, il reste très facile à utiliser et possède de nombreuses fonctionnalités. Par exemple, il peut générer des rapports, peut comparer ces rapports... Une autre fonctionnalité est intéressante : nessus propose des solutions aux problèmes détectés lors d'un scan. Tant que les machines sont des machines Unix, les suggestions sont souvent bonnes. Elles seront un peu moins appropriées pour d'autres OS. De toutes façons, ce n'est pas le point majeur.
Voici l'exemple d'une machine très vulnérable :

nessus.jpg

Nessus a une autre particularité : il fonctionne avec des plugins, permettant ainsi des mises à jour chaque fois qu'une nouvelle faille de sécurité est découverte quelque part.
Un autre outil nécessaire aux administrateurs! Très beau boulot Mr. Deraison et Merci beaucoup.

Les deux outils ont été testés depuis une machine Linux sur un réseau contenant différents OS : Linux RH 6.2, Irix 6.5.7, Solaris 2.6, NeXTStep 3.3, QNX RT, BeOS 5.0, Amiga OS 3.5, Non Terminé 4.0. Les résultats sont impressionnants pour la plupart des plate-formes. Certes, l'Amiga OS n'est pas très bien identifié (puisqu'il apparaît comme une imprimante ou un routeur!) mais qui possède encore cet OS dans un réseau (à part moi)?
De toutes façons, ces outils sont indispensables sur un réseau d'aujourd'hui.
Pour terminer ce chapitre, mentionnons d'autres outils tels que SARA http://www-arc.com/sara/, ou son "père" SATAN http://www.porcupine.org/satan/, ou SAINT http://www.wwdsi.com. Ce ne sont pas seulement des scanners de ports et ils peuvent être très utiles à l'amélioration de la sécurité d'un réseau.

 

Systèmes de détection

Certains outils sont capables de détecter des scans de ports ou des intrusions. Un administrateur "standard" (c'est-à-dire parano!) NE PEUT PAS travailler sans ce genre d'outils.
La première série d'outils vient du Projet Abacus. Vous pouvez obtenir ces outils depuis http://www.psionic.com. Trois outils différents sont disponibles : logcheck, portsentry et hostsentry.
Logcheck est en version 1.1.1, portsentry est en version 1.0 et hostsentry est en version 0.0.2 alpha.
Portsentry est un outil de détection de scans de ports. Comme son nom l'indique, si un port est scanné, portsentry va immédiatement bloquer l'hôte, soit en redirigeant la route vers le firewall (ou une adresse IP inutilisée) soit en écrivant l'adresse IP de l'attaquant dans le fichier /etc/hosts.deny si TCPWrapper est installé sur votre machine. Le résultat est pour le moins efficace!
Portsentry dépend d'un fichier de configuration principal et de quelques fichiers spécifiques. Ces derniers sont utilisés pour ignorer des hôtes (c'est-à-dire pour ne pas les bloquer) ou pour bloquer certains ports pour certains hôtes.
A partir du fichier de configuration vous allez définir la manière de fonctionner de portsentry. Vous sélectionnerez d'abord les ports que vous souhaitez lier à portsentry, soit les ports TCP, soit les UDP (ou les deux). Attention au lien du port 6000 si vous utilisez X11!
Selon le système Unix utilisé, vous disposez de deux modes d'opération pour surveiller les ports. Le mode avancé n'est disponible que sous Linux pour l'instant.
Ensuite vous sélectionnez l'option de blocage : soit vous ne bloquez pas les scans, soit vous le faites, ou vous pouvez lancer une commande externe.
Vous pouvez alors choisir la manière de fermer la route, en redirigeant l'attaquant soit vers une adresse inutilisée de votre réseau, soit vers un filtrage de paquets (firewall).
L'étape suivante concerne TCPWrapper. C'est-à-dire, vous décidez (ou non) d'écrire un texte DENY dans le fichier /etc/hosts.deny.
Vous pouvez ensuite définir une commande externe, et enfin vous pouvez choisir une valeur plus ou moins élevée pour les logs de scans (0 par défaut).
C'est tout ce que vous avez à faire! Nous supposons que vous savez tout sur le logging puisque, bien évidemment, toutes les alarmes sont écrites dans les fichiers de logs. Cela signifie que vous pouvez modifier votre fichier syslog.conf si vous souhaitez que les alarmes éventuelles s'inscrivent ailleurs que dans /var/log/messages ou var/log/syslog ou /var/adm/messages...
Vous pouvez maintenant lancer portsentry en tâche de fond avec l'option de votre choix. Les options disponibles dépendent de votre système : vous pourrez utiliser -tcp, -udp sous la plupart des Unixes et -atcp, -audp sous Linux ("a" pour avancé).
Regardons le résultat d'un scan sur une machine utilisant portsentry.

Si vous êtes un sysadmin lisant les logs une fois par semaine (vous devriez peut-être changer de métier!!!), le projet Abacus vous propose un autre outil nommé logcheck. Celui-ci est lancé par une tâche cron et envoie un courrier à l'administrateur s'il trouve quelque chose d'anormal dans les logs.
Le dernier outil de la suite se nomme hostsentry et semble très intéressant mais je ne l'ai pas testé.
Si vous voulez un très bon outil, simple et efficace, installez portsentry!
Merci Mr. Rowland : très beau travail! Au fait, j'aime beaucoup votre humour.
Un autre outil indispensable aux administrateurs se nomme snort.
snort est un IDS (Intrusion Detection System) et plus précisément un outil léger (pas une usine à gaz!).
Vous pouvez obtenir la version 1.6.3 de snort sur http://www.snort.org. Il est censé fonctionner sur toutes les plate-formes supportant libpcap. Cette dernière est obligatoire pour pouvoir utiliser snort. Au fait, vous avez même une version Win32 de snort..
Snort est capable d'analyser le trafic IP et fournit un logging très conséquent.
Il dépend de scripts de règles, autrement dit vous pouvez surveiller ce que vous voulez. Encore mieux, le site de snort propose une base de données de règles.
Arrive donc le moment de la grande décision : où mettre les capteurs, ou si vous préférez, quel type de trafic surveiller? Entrant, sortant, à l'intérieur du firewall, à l'extérieur du firewall...
Nous pourrions suggérer partout!!! Sérieusement, c'est vous qui choisissez, mais encore une fois, si vous êtes l'administrateur "standard", plus il y en aura mieux ce sera...
Maintenant que vous avez décidé d'où écouter, vous devez choisir les règles à appliquer. Snort est livré avec de nombreuses règles de base : backdoor, ddos, finger, ftp... Ces règles sont définies dans les fichiers de snort-lib. Encore une fois, vous pouvez obtenir de nouvelles règles ou des règles mises à jour sur le site de snort.
A partir de là, vous n'avez plus qu'à lancer snort en tâche de fond (par exemple), avec l'option(s) de votre choix. Dans ce cas, pour lancer snort en tant que démon, l'option sera -D. Vous pouvez définir également l'emplacement du logging puisque vous pouvez le rediriger, y compris vers une autre machine.
Il est impossible de parler de toutes les fonctionnalités de snort dans cet article. La documentation vous en dira beaucoup plus.
De toutes manières, snort est encore un outil sans lequel vous ne POUVEZ PAS travailler. C'est un excellent outil. Merci beaucoup Mr Roesch.
Quelques autres outils sont disponibles : mentionnons AIDE de http://www.cs.tut.fi/~rammer/aide.html par exemple.

 

Cryptage

De nombreux outils sont relatifs au cryptage, fonctionnant ainsi dans différents domaines. Nous ne pourrons pas parler de tous. Nous devons pourtant dire au moins quelques mots concernant SSH, particulièrement la version libre OpenSSH. Vous pouvez l'obtenir sur http://www.openssh.com. La version actuelle est la 2.3.0. Ce très bon produit a d'abord été développé pour OpenBSD. Il fonctionne maintenant sous de nombreux parfums d'Unix.
OpenSSH est un remplacement de telnet et des commandes distantes telles que rsh, rlogin. Il comprend scp qui permet de remplacer ftp et rcp. OpenSSH autorise le cryptage des données circulant sur le réseau. Telnet, rsh... transfèrent les données en clair et c'est bien sûr applicable aux mots de passe!
Autrement dit, vous ne devriez plus utiliser les outils cités ci-dessus mais OpenSSH à la place. Ce devrait être obligatoire! Soyons un peu fascistes :-)
Le problème avec ce type d'outils vient de la loi en vigueur sur le cryptage selon les pays. Les choses changent, mais dans de nombreux endroits du monde vous ne pouvez pas les utiliser librement. Par exemple, voici peu de temps, vous étiez considéré comme un espion si vous utilisiez SSH dans un pays comme la France (pays des Droits de l'Homme, qu'ils disaient!!!). Heureusement, ce n'est plus vrai. Pourtant, il est fortement recommandé de lire un document important sur la situation dans les différents pays. Vous le trouverez à http://www2.epic.org/reports/crypto2000/countries.html

Additif version française : il est recommandé d'utiliser SSF dans notre beau pays puisque c'est le seul qui prenne en charge les déclarations d'utilisation. Vous trouverez plus ample information sur http://ww2.lal.in2p3.fr/~perrot/ssf/
Fin d'additif

Toutefois le cryptage est un point important de la sécurité et de nombreux outils doivent être pris en compte. Mentionnons OpenSSL (Secure Sockets Layer) http://www.openssl.org, ou Strong Crypto, un VPN (Virtual Private Network) libre pour Linux à http://www.strongcrypto.com.
VPN est encore une solution qui mériterait un article à elle seule (comme de nombreux autres outils déjà mentionnés!), par conséquent, nous n'irons pas plus loin sur le sujet.
Evidemment, nous ne pouvons pas oublier de citer OpenPGP (Pretty Good Privacy) disponible depuis http://www.ietf.org/html.charters/openpgp-charter.html ou GNUpg à http://www.gnupg.org.

 

Scripts

Ici, nous ne pouvons plus parler d'outils. Les scripts sont l'une des principales aptitudes de l'administrateur. Les scripts Shell, Perl... font partie du quotidien des gens administrant des réseaux.
De toute évidence les scripts sont utilisés pour automatiser des tâches, mais aussi pour gérer la sécurité. Chaque sysadmin a ses propres besoins, il essaie donc toujours d'agir en fonction de ce qui lui convient. Ce n'est pas toujours si facile. Quelque chose peut vous aider : abonnez-vous au magazine SysAdmin! Ce magazine est fait par des administrateurs pour des administrateurs et vous propose des tas de programmes, de scripts... Vous pouvez même vous procurer un CDRom contenant les numéros précédents, et bien sûr les programmes ou scripts qui vont avec.
Il ne s'agit pas de publicité... mais d'un moyen pour trouver d'autres solutions permettant d'améliorer la sécurité. Jetez un coup d'oeil à http://www.samag.com.
Si vous êtes administrateur, vous devriez l'essayer.
Mais bon, ce n'est qu'une suggestion.

 

Alors quoi?

Il y aurait beaucoup plus à dire sur la sécurité, mais comme nous l'avons déjà précisé, cet article n'est pas un "Comment sécuriser votre réseau". Un livre sur le sujet ne suffirait pas. La sécurité ne repose pas seulement sur les outils, c'est également un comportement. Par exemple certains de ces comportements répandus me rendent dingue (d'accord, c'est déjà fait!). Quand les utilisateurs vont-ils comprendre que les fichiers M$ Office sont des bombes? Non seulement ils sont énormes, mais surtout potentiellement farcis de virus macro. S'il vous plaît, utilisateurs Wintel, N'ENVOYEZ PLUS de documents Word ou Excel en pièces jointes à vos messages. Encore plus, si vous en recevez, NE LES OUVREZ PAS : ce n'est qu'une suggestion, mais vous aurez été avertis! Ils sont aussi dangereux (sinon plus!) que n'importe quel exécutable que vous recevez ou téléchargez. Et, au fait, les fichiers texte ou HTML sont beaucoup plus petits que les documents Office, et surtout, ils ne SONT PAS dangereux!
Bien sûr, je sais que le monde Wintel travaille de cette manière : quand vous téléchargez un simple pilote, c'est toujours un exécutable! Admettons que vous puissiez faire confiance aux grosses sociétés... mais savez-vous ce qui a pu arriver à l'archive que vous téléchargez? Oui, c'est une manière de penser très parano, mais est-ce vraiment si fou? Pourquoi croyez-vous que de nombreuses archives possèdent un "checksum" pour en vérifier l'authenticité?
Ce qui suit risque de "froisser" beaucoup de monde, mais c'est un fait : JAVA est dangereux! Les applets sont dangereuses, les scripts Java sont dangereux. Pourtant, il serait intéressant de savoir combien de sites n'utilisent pas Java! Encore pire, Java est une source de problèmes lors de la visite de sites : combien parmi eux gèleront votre navigateur? C'est ça le but d'un site?
Ne parlons pas de l'ActiveX qui nous vient de l'armée de Redmond!
Suggestion : utilisez plutôt Rebol (http://www.rebol.com)
Puisque nous sommes au coeur du sujet : s'il vous plaît, les nouveaux "professionnels" d'Internet, arrêtez de créer des sites dédiés au monde Wintel et à IE5! Je sais bien que ces machins sont très répandus, toutefois nombreux sont ceux qui se connectent à l'Internet avec beaucoup d'OS et de navigateurs différents. Travailler comme vous le faites, les empêche de visiter vos sites. Le but de l'Internet est de partager. Utiliser des outils propriétaires est une aberration. A mon humble avis, la première chose à faire lorsqu'on crée un site web est de le tester avec différents OS et différents navigateurs... mais ce n'est que mon opinion. Pour information : si vous vous connectez sur ce genre de site avec une machine Unix et disons Netscrape, vous ne pouvez même pas visualiser la page d'index!
Pardon pour la digression.
Un autre point important consiste à se souvenir que la sécurité n'atteindra pas 100%. Nous en sommes loin. Vous pouvez l'améliorer, c'est tout : c'est un fait. Par exemple, vous pouvez utiliser tous les outils cités dans cet article et laisser une porte de service grande ouverte! Ne vous laissez pas berner : les pirates ne vont pas commencer par essayer de casser une clé 128 bits, mais ils vont essayer de trouver un petit trou quelque part. Soyez donc prudents avec les programmes SUID ou SGID, avec les droits d'accès, avec les services inutiles, avec les comptes annulés, etc.
Si les différentes moutures d'Unix ont de nombreuses similitudes, elles sont très différentes face à la sécurité. Certaines sont de véritables passoires! Vous devez savoir cela aussi. Ne parlons pas d'autres OS ou assimilés. Par exemple, avoir une connexion Internet par le câble avec une machine Winquelquechose standard est génial : vous avez l'icône de la machine du pirate dans le voisinage réseau... et bientôt M$ vous permettra d'avoir la photo du pirate en question! Je plaisante...
La route vers la sécurité des réseaux et des machines est très longue. Si vous êtes intéressés par le sujet vous apprendrez chaque jour. Heureusement, il existe une multitude de sources d'informations. En voici quelques unes.

 

Références

http://www.linuxsecurity.com est la première mine d'or. Vous y trouverez presque tout!

http://www.sans.org est l'endroit où obtenir de l'aide et de l'information sur la sécurité. Un site à consulter régulièrement.

http://www.infosyssec.org est un autre endroit où récupérer des tonnes d'informations sur la sécurité.

http://www.securityfocus.com est le siège de Bugtraq fournissant ainsi beaucoup d'informations sur la sécurité.

http://www.cs.purdue.edu/coast/hotlist/ LE site à visiter!

En haut de cette page vous trouverez un bouton "Liens" : cliquez dessus pour obtenir les adresses de la plupart des distributeurs. Consulter leur site est une obligation pour se tenir au courant des patches de sécurité disponibles. ceci s'applique à chaque éditeur de systèmes Unix! Beaucoup d'entre eux proposent régulièrement des patches de sécurité ou des patches recommandés.

De nombreux articles de numéros précédents de LinuxFocus méritent d'être lus (en dehors de ceux déjà mentionnés) :
Améliorer la sécurité des distributions Linux
TCPD et Firewalls avec IPFWADM
VXE, un outil de sécurité pour Linux

Il existe beaucoup d'autre documentation et nous ne pouvons pas vous fournir tous les liens disponibles. Nous ne pouvons pas non plus citer tous les outils libres de sécurité, comme déjà dit. Mais à partir de chaque site mentionné ci-dessus vous trouverez d'autres liens vous envoyant vers encore d'autres liens, ainsi de suite... comme les poupées Russes.
Le fait que certains outils ou sites ne figurent pas dans cet article ne signifie pas qu'ils sont sans intérêt. Simplement, ça signifie que les outils n'ont pas été testés. Il est évident qu'une sélection arbitraire doit être faite parmi la centaine d'outils disponibles.
Le but de cet article est de proposer aux lecteurs des points de départ. Nous espérons que ça pourra les aider.

Ne vivons-nous pas une époque formidable?  

Discussion sur cet article

Chaque article possède sa page de discussion. Vous pouvez y soumettre un commentaire ou lire ceux d´autres lecteurs:
 page de discussion 

Site Web maintenu par l´équipe d´édition LinuxFocus
© Georges Tarbouriech, FDL
LinuxFocus.org

Cliquez ici pour signaler une erreur ou envoyer un commentaire Linuxfocus
Translation information:
en -> -- Georges Tarbouriech
en -> fr Georges Tarbouriech

2001-03-18, generated by lfparser version 2.8